Retraites : le gouvernement va se pencher sur l’égalité entre les femmes et les hommes

Des organisations de défense des droits des femmes ayant appelé l’attention de Marlène Schiappa, Secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes sur des points d’amélioration du projet de réforme des retraites, elle dit les avoir consultées longuement. En lien avec Laurent Pietraszewski, Secrétaire d’État chargé des Retraites, Brigitte Grésy, Présidente du haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes (HCE) elle va se pencher sur de nouvelles pistes en matière de prévention et compensation de la pénibilité, notamment dans les métiers féminisés. La prise en compte des préjudices de carrière liés à la maternité et à l’éducation des enfants fera également l’objet de travaux.

 

« Les prochaines étapes de négociation avec les partenaires sociaux et le débat parlementaire devront permettre de faire progresser l’égalité entre les femmes et les hommes à la retraite », fait savoir Marlène Schiappa (photo), par communiqué.

 

Le gouvernement assure qu’il « entend améliorer la situation des femmes qui actuellement touchent 42 % de moins que les hommes à la retraite ». La retraite à points, dit-il, contient « de nombreuses mesures sont proposées dans le projet de loi : création de nouveaux droits avec la pension majorée dès le premier enfant, un minimum de retraites de 1000 € accessible aux temps partiels (majoritairement féminins), possibilité de départ à taux plein jusqu’à trois ans plus tôt ».

 

Toujours selon le gouvernement, l’étude d’impact montre que dans le système universel, les pensions des femmes augmentent plus que celles des hommes : 5 à 10 % de plus pour les générations 1980 et 1990. Les retraites des mères de deux enfants seront revalorisées jusqu’à 15 % pour la génération 1990.