Revitalisation : Intermarché espère créer 300 emplois de substitution dans l’Ain

ITM, l’entreprise qui se cache derrière l’enseigne Intermarché,  va fermer ses bases logistiques de Miribel et Reyrieux (01), qui emploient 550 salariés. D’ici à 2017, leur activité sera transférée à un établissement automatisé, situé Saint-Quentin-Fallavier (38). Comme l’y contraint la loi, le groupe a signé avec l’État une convention de revitalisation des bassins d’emplois impactés. Il espère y créer « de plus de 300 emplois avant trois ans ». Le distributeur sera épaulé par le Crédit agricole et par BPI group, cabinet spécialisé dans l’accompagnement des mutations économiques des territoires, tous deux sélectionnés sur appels d’offres. La banque verte gérera un fonds ad hoc, censé accorder des concours financiers à des conditions attractives aux créateurs et repreneurs d’activités de substitution. À condition que celles-ci génèrent des emplois. « Nous avons doté le fonds de soutien à hauteur de 1,4 M€. Le but est d’aider les projets structurants pour le territoire et de sécuriser les projets de création, de développement, de reprise et de transmission », précise Rachel Emir, directrice d’une agence du Crédit Agricole Centre-est, chargée du processus.

 

ITM, BPI Group et la Caisse régionale du Crédit agricole animent le comité de suivi qui étudie les dossiers. Un premier tri effectué en juin a permis d’identifier quatre projets sur lesquels les décideurs devraient statuer prochainement.