Risque routier : tous les employeurs n’ont pas conscience de leur responsabilité civile et pénale

Les accidents de la route représentent la moitié des accidents liés au travail en France. 70% des chefs d’entreprises sont conscients que leur responsabilité dans ce domaine peut être engagée.

 

 Paradoxalement, moins de 50% ont mis en place des actions de prévention. C’est pourtant une obligation car : « conduire est un acte de travail ». L’employeur a une obligation de sécurité à l’égard de ses salariés. Il doit ainsi veiller à ce que les déplacements professionnels se fassent dans de bonnes conditions de sécurité. Sa responsabilité porte sur de nombreux aspects tels que l’organisation des déplacements, le choix et l’entretien du véhicule utilisé, les formations dispensées, les Communications téléphoniques, les consommations d’alcool, etc.

 

A défaut d’avoir mis en place les actions de prévention nécessaires, le chef d’entreprise, mais aussi la hiérarchie responsable de l’activité des conducteurs, peuvent se voir infliger des peines de prison, des amendes au pénal (Tribunal d’Instance) et/ou des majorations de rentes d’invalidité (Tribunal des Affaires de Sécurité Sociale).

 

 Pour une prise de conscience générale, l’association Promotion et suivi de la sécurité routière en entreprise (PSRE) animera un atelier sur ce thème, en partenariat avec l’Apave de Paris, le 11 décembre. En vedette, Patrick Oberto, délégué de PSRE.  Cible : les chefs d’entreprise et pour les grosses structures, les délégataires (responsables RH, HSE, gestionnaires de flotte auto, directeurs opérationnels commerciaux, SAV, etc .)

 Il s’agira d’abord de faire l’état des lieux. Des échanges sur les bonnes pratiques permettront aussi aux participants de situer se benchmarker, et ainsi progresser dans son propre plan de prévention.

 

Pour plus d’info, www.asso-psre.com