Secouée, l’Unsa rappelle ses valeurs

Après l’affaire du « l’exclusion de fait » de Stéphane Blanchon, ex- porte-drapeau de la fédération Unsa Santé et Cohésion Sociale, l’organisation en remet une couche sur ses valeurs.

Réuni le 18 mai 2021, le conseil national de l’organisation qui regroupe les représentants de ses fédérations, organisations syndicales, unions départementales et régionales, insiste sur    La Charte des Valeurs de l’UNSA. Celle-ci « rend incompatible un engagement syndical au nom de notre organisation avec un engagement dans un parti extrême tel que le Rassemblement national. Son idéologie, fondée sur une conception autoritaire du pouvoir, sur le nationalisme et la xénophobie, menace la démocratie et la République. S’il arrive au pouvoir, il fracturera violemment le pays et nuira gravement au libre exercice du syndicalisme et à l’intérêt des travailleurs » redit le syndicat.

 

L’Unsa qui se veut « mouvement syndical réformiste » rappelle son attachement à la laïcité, à la démocratie, aux libertés, à la justice sociale, à la solidarité́, à la défense du Service public, au droit à l’emploi, à la fraternité́ et la tolérance »

 

  Le Conseil national réaffirme également sa farouche opposition à tous les extrémismes, ceux de l’ultra-droite, de l’ultra-gauche ou les extrémismes religieux et notamment de l’islamisme politique, dont les discours et les actes attaquent, et souvent violemment, la République, ses fondements, ses valeurs et ses représentants.