Selon une étude de Randstad Workmonitor, les salariés français n’attendent pas de reprise en 2016

D’après l’étude Randstad Workmonitor, menée auprès de 13 500 salariés dans 34 pays, les salariés français se classent parmi les plus pessimistes. Ils ne sont que 41 % à espérer une amélioration du contexte économique en 2016. Si la croissance du PIB est repartie de l’avant (+ 1,6 % au lieu de 1,1 % selon l’Insee), le rythme reste insuffisant pour faire reculer le chômage.

 

Les signaux tels que la baisse du prix du pétrole et les taux d’intérêt bas ne dopent pas plus le moral des travailleurs qui manquent de confiance en l’avenir, alors qu’ils voient le chômage poursuivre sa progression. Pour François Béharel, président du groupe Randstad France, « cette situation est singulière en Europe. Le chômage a déjà entamé son reflux dans les principales économies de la zone euro. C’est le résultat des réformes structurelles menées chez nos voisins et qui commencent à porter leurs fruits. Ces réformes n’ont pas entamé le capital confiance des salariés. Au contraire. En Italie, plus d’un salarié sur deux (51 %) voit la conjoncture s’améliorer en 2016 tandis que l’Espagne (88 %) et le Portugal (87 %) affichent un degré de confiance encore plus élevé ».