Télétravail : deux salariés sur trois y sont favorables, selon une enquête de Randstad

Le télétravail a la cote parmi les salariés français. Près des deux tiers (64 %) d’entre eux y sont favorables , selon une enquête de Randstad Award auprès de 1 148 employés.

En moyenne, les salariés français aspirent à travailler de leur domicile 2,5 jours par semaine. Derrière ratio se cachent des disparités. Les plus accros, 12 % souhaitent télétravailler tous les jours ouvrables, contre 35 % qui souhaitent le faire occasionnellement, tandis que 17 % se contenteraient de télétravailler un nombre de jours fixes par semaine. Cet engouement s’explique. La formule est synonyme d’autonomie en matière d’horaires, déplacements, organisation du temps de travail. En outre, cela favorise l’équilibrer entre vies privée et professionnelle. Le télétravail est aussi perçu comme un gage de confiance de l’employeur. À cela s’ajoute l’économie du temps de trajet (26 minutes de parcours en moyenne et beaucoup plus pour les habitants des grandes métropoles, le stress en prime).

 

Pourtant, constate l’étude, malgré une demande élevée, les employeurs semblent assez peu réceptifs aux aspirations de leurs salariés concernant le télétravail. Seulement 16 % des salariés français déclarent que leur employeur leur propose le dispositif. Principal motif : crainte des employeurs et managers de perdre le contrôle sur l’activité de leur collaborateur. Les contraintes réglementaires et juridiques pèsent aussi : consultation des partenaires sociaux, négociation d’un accord, signatures des avenants au contrat de travail, équipements informatiques spécifiques, etc. Par ailleurs, la collaboration à distance pose le problème de de l’amplitude horaire et du droit à la déconnexion.

 

Dans un autre registre, toutes les professions ne peuvent pas en profiter. De nombreux métiers, notamment dans la construction et dans l’industrie nécessitent une présence physique obligatoire et sont exclus. « La jeune génération, plus que tout autre, aspire à concilier sphères professionnelle et privée. Les moyens technologiques – comme la visioconférence, le cloud, les smartphones et autres tablettes tactiles – facilitent la mise en place du télétravail », commente François Béharel, Président du groupe Randstad France.