Dirigeants et DRH, comment fidéliser la génération Y ?

Les entreprises rencontrent de plus en plus de difficultés à fidéliser leurs collaborateurs et à attirer de nouveaux talents, en premier lieu les fameux milléniaux issus de la génération Y. 63 % des décideurs français jugent aujourd’hui particulièrement difficile de retenir leurs salariés de moins de 30 ans, dont les aspirations s’imposent de plus en plus à l’ensemble des collaborateurs. Quelles sont ces nouvelles exigences à prendre en compte par les dirigeants et DRH des grandes entreprises ?

Cette question fait partie des problématiques abordées dans une étude réalisée par ViaVoice. Contrairement à de nombreux salariés des générations précédentes, les jeunes actifs n’ont pas pour objectif d’évoluer dans la même entreprise durant toute leur vie professionnelle. Hyper flexibles, ils sont prêts à s’adapter à différents environnements mais attendent en retour une grande souplesse de la part de leurs employeurs. Leurs exigences salariales et statutaires sont moindres que leur besoin de reconnaissance et de considération au quotidien.

Connectés en permanence, nombreux sont les salariés ayant la possibilité matérielle de travailler quand ils le souhaitent. Ils envisagent donc des horaires de travail plus flexibles. Décomplexés face à ces questions, ils n’hésitent pas à se renseigner sur ces sujets dès l’entretien d’embauche et en font un véritable critère dans leur choix d’entreprise. Télétravail, crèche, RTT, retraite… les questions liées au bien-être et à la conciliation vie privée-vie professionnelle sont directes et transparentes. Signe fort d’une mutation dans l’ordre des priorités des plus jeunes salariés, les services liés à la vie privée (congé parental, horaires aménagés, télétravail, places en crèche) sont davantage demandés par la génération Y que les services personnels (tickets restaurant, chèques vacances, réductions) ou les avantages statutaires (voiture de fonction par exemple).

 

L’importance de l’articulation famille-travail va croissante et ce mouvement devrait s’accélérer dans les années à venir. Pour mieux prendre en compte les contraintes et aspirations de chacun, les stratégies des dirigeants ont tout intérêt à faire évoluer : – Leur image employeur : notamment en utilisant les réseaux sociaux pour une meilleure communication. – Leur écoute des salariés : être plus attentifs à leurs demandes particulières (contraintes familiales, horaires, mobilité, formations …) – Leur politique RH en proposant des solutions concrètes pour les aider à concilier leur vie professionnelle et leur vie familiale (crèche, coaching, soutien scolaire, …)

 

Nouvelles priorités pour les salariés, nouveaux enjeux RH d’attractivité pour les entreprises : le contexte économique et social et les évolutions de société en cours encouragent la mise en place de nouveaux services pour les salariés, au bénéfice de leur « vie de bureau » comme de leur vie de famille. Ces mutations peuvent paraître anodines. Elles ne le sont pas. En déplaçant leurs attentes à l’égard de leurs employeurs, les milléniaux contribuent à leur manière, à redéfinir le rôle et les missions de l’entreprise et sa place dans la société.

 

Par Sylvain Forestier, président de La Maison Bleue