Face aux tragiques événements du 13 novembre, le manager doit garder la tête froide

par Xavier Bonduelle, PDG IMDRH

 

Les événements tragiques du 13 novembre ont affecté également l’activité des entreprises et de leurs employés. Faire comme si de rien n’était ou, au contraire, transformer l’entreprise en forum ne sont pas des bonnes solutions, car il faut tenir compte des différentes sensibilités.

 

Les managers doivent éviter les solutions de facilité. L’une d’entre elles consisterait à faire comme si de rien n’était, sur le mode : « l’entreprise n’a rien à avoir avec tout cela ». Une telle position risque d’être interprétée comme un manque d’humanité.

 

Autre erreur: étaler ses convictions politiques : « Il n’y a qu’une seule chose à faire… », etc. Personne ne déjugera le cadre qui s’exprime en ces termes, mais chacun pensera qu’il abuse de son autorité.

 

Il est tout aussi néfaste de transformer l’entreprise en forum en partant du principe que tout le monde doit pouvoir s’exprimer. Cela n’est pas inexact, mais il est aussi vrai que le quotidien doit reprendre ses droits, malgré la douleur et la compassion.

 

Enfin, alerter la hiérarchie en suggérant que « l’entreprise doit s’engager très fort » s’avère inapproprié.

 

Dans ce contexte, faire preuve d’humanité, mais aussi d’humilité. Ne pas hésiter pas à exposer ses doutes ses craintes et sa colère, mais tolérer que d’autres puissent penser différemment. Faire preuve d’exemplarité, recadrer les blagues de mauvais goût ou les jugements discriminants qui peuvent heurter Il importe de rester attentif et à l’écoute de tous. Notamment en demandant à chacun si directement ou indirectement il a été touché par les attentats. Montrer de la compassion.

 

Dans les jours qui suivent l’événement, nombre de collaborateurs auront besoin de parler ou de s’épancher. Il faut faire confiance aux collaborateurs, le travail sera quand même fait.