Le changement climatique a des répercussions alarmantes sur les flux migratoires

Le prisme de la COP 21, qui se tient à Paris jusqu’au 13 décembre, englobe l’environnement, mais également l’homme et les atteintes qu’il subit à travers les
effets négatifs, souvent dramatiques, liés au réchauffement climatique. Ce dernier, avant même les conflits, est déjà la source première des déplacements de populations. Forcées de
changer de région ou de pays, à cause de la désertification des terres, des accidents climatiques, ces populations se retrouvent dans des situations de détresse extrême. Le
nombre de migrants climatiques, qui ne cesse de croitre, pour atteindre 200 millions de personnes en 2050 lorsque les changements redoutés auront pris toute leur ampleur.

La situation de grande vulnérabilité à laquelle ils sont confrontés expose les réfugiés climatiques au travail forcé. Aujourd’hui, les chiffres sont alarmants : près de 21 millions de personnes en sont victimes (11,4 millions de femmes et de filles et 9,5 millions d’hommes et de garçons). Près de 19 millions d’entre eux sont exploités par des particuliers ou des entreprises privées et plus de 2 millions par un État ou des groupes de rebelles. Parmi ceux qui travaillent pour des particuliers ou des entreprises, 4,5 millions subissent une exploitation sexuelle forcée. Les commanditaires profitent de cette situation et génèrent d’immenses profits illégaux.

 

Le travail forcé à grande échelle touche notamment les pays asiatiques (Malaisie, Vietnam, Thaïlande, Chine, Indonésie…), les pays du Moyen-Orient (Arabie Saoudite, Qatar…) En Europe, il existe un risque de plus en plus important dans le secteur de l’agriculture, du nettoyage et de la construction. Il peut concerner aussi les salariés détachés en France. Le chantier EPR de Flamanville en est un parfait exemple. De 2008 à 2011, 260 salariés roumains et polonais ont été privés de leurs droits sociaux élémentaires : travail dissimulé, emploi de salariés étrangers sans titre, non-paiement de la sécurité sociale dans le pays d’origine.