Le digital fait exploser les besoins dans les fonctions liées à la gestion du risque

Depuis son avènement dans les années 2010, la digitalisation provoque une véritable révolution professionnelle. Pour accompagner les transformations profondes et multiples qui en découlent, un certain nombre de nouvelles fonctions ont fait leur apparition, tels que le data management (data sciences, data protection, data analyse), la cybersécurité ou encore le marketing digital (performance marketing, social media, social CRM, e- influence).

 

L’un des impacts majeurs du digital réside dans l’idée que plus personne n’est à l’abri. L’ensemble des professionnels (dirigeants, cadres dirigeants et cadres supérieurs en tête) se trouve de plus en plus exposé dans l’exercice de leur profession. Face à la nécessité de répondre à cette quête de transparence, que soutient la multiplication de normes règlementaires, nous avons noté une explosion des besoins au niveau des fonctions liées de près ou de loin à la gestion du risque. L’audit opérationnel, le contrôle de production et la sécurité informatique en sont les fers de lance.

 

Plus à la marge mais néanmoins notable, nous avons pu remarquer une autre tendance de fond chez les grands groupes comme les TPE : une volonté accrue de s’entourer de professionnels prêts à exprimer et à assumer des opinions fortes. Notamment sur des postes de cadre en management intermédiaire ou en commercial. Dans la société d’experts que nous sommes devenus, nous manquons encore de chefs d’orchestre capables d’assertivité. Combler ce type de pénuries avec une agilité autant technique que relationnelle relève de la responsabilité sociale de l’ensemble des cabinets de recrutement – acteurs majeurs d’une dynamisation durable du marché de l’emploi.

 

Antoine Morgaut, président de Syntec Conseil en Recrutement