Travail dominical et nocturne : « avançons sans tabou »  propose le Medef. « Exceptionnellement et sans généraliser », répond FO

Le Medef dit avoir « pris connaissance de la volonté du gouvernement d’avancer rapidement pour permettre une ouverture plus simple des magasins le dimanche et le soir ». L’ouverture des magasins le dimanche et le soir est susceptible de créer des milliers d’emplois et de générer de l’activité, ainsi que l’a démontré l’étude conduite par McKinsey voilà quelques semaines, poursuit l’organisation patronale dans un communiqué. «Cette ouverture correspond à une attente des consommateurs, qu’ils soient français ou touristes étrangers, et de certains salariés qui souhaitent pouvoir travailler le soir ou le dimanche.

Alors que la croissance est à l’arrêt, il faut dépasser les corporatismes et les postures. L’ouverture des magasins le dimanche et le soir doit être encadrée mais simplifiée et étendue là où un consensus social existe. Le recours aux ordonnances permettrait d’avancer rapidement dès lors que le texte proposé aura été discuté avec les différentes parties prenantes. ».

Le syndicat FO fait une analyse différente :

«Le travail du dimanche revient sur le devant de la scène à l’occasion de cette rentrée de septembre déjà bien chargée sur le plan de l’actualité économique et sociale, constate la confédération dirigée par Jean-Claude Mailly. .

« Le Gouvernement souhaite faire passer sa réforme du travail du dimanche par voie d’ordonnance sans qu’il y ait ainsi de véritable débat parlementaire. Une telle démarche ne peut que susciter une désapprobation de notre part. Pour rappel, le rapport Bailly de décembre 2013 indiquait que l’examen de l’ensemble de ces propositions gagnerait à être précédé d’une concertation nationale interprofessionnelle. Force Ouvrière se montrera vigilante quant à la tenue d’un tel débat et ne manquera pas de faire valoir ses positions durant cette concertation.

Le travail du dimanche ne favorise pas davantage la consommation. Le pouvoir d’achat des ménages n’est pas extensible en ces périodes de crise. L’ouverture plus large des magasins le dimanche nuira très certainement aux petits commerces, qui n’auront pas toujours la possibilité d’ouvrir 7 jours sur 7, et par voie de conséquence à ses salariés. Au surplus, le travail du dimanche déstructure la vie privée et familiale et favorise le travail à temps partiel.

Pour toutes ces raisons, FO s’est toujours montrée hostile à toute extension du travail dominical. Force Ouvrière ne cesse de rappeler que le travail dominical doit garder un caractère dérogatoire et exceptionnel. Demain, l’exception ne doit pas devenir la règle »