Titre restaurant : la carte, c’est tendance et plus écolo

La numérisation du titre restaurant peine à entrer dans les habitudes. Certaines entreprises sont même revenues au support papier, après avoir testé la carte de paiement. Edenred, un des principaux émetteurs, défend la carte à l’aide d’arguments écologiques, étude à l’appui.

 Tendre sa carte à la place du traditionnel titre papier, c’est tendance et écolo, explique Edenred en s’appuyant sur une étude réalisée en collaboration avec le cabinet Haatch. Elle compare l’impact environnemental des deux supports de paiement, à partir du Ticket Restaurant, son dispositif maison, en analysant l’impact sur tout le de cycle de vie, sur la base trois indicateurs : le changement climatique, l’épuisement des ressources et la consommation en eau.

 

Résultat : sur les deux premiers indicateurs, la carte Ticket Restaurant est un moyen de règlement plus vertueux que le titre papier. Le passage au numérique réduit de près de deux tiers les émissions de gaz à effet de serre (-64 %), et permet d’économiser 86 % de ressources tout au long du cycle de vie. « La carte Ticket Restaurant permet une économie significative sur les étapes de fabrication et de distribution, puisqu’une seule carte est produite et envoyée à l’utilisateur tous les trois ans.  Le digital est ainsi moins énergivore et moins émetteur deCO2, peut-on lire dans le document.

 

 

A l’inverse, avantage au format papier, en ce qui concerne la consommation d’eau. La faute à la facturette en papier thermique émise à chaque paiement, coûteuse en eau. Même si Edenred utilise uniquement du papier 100 % recyclé pour la production de ses titres et réemploie la totalité des titres qui lui sont retournés. L’empreinte environnementale du format papier est principalement liée à l’étape de production, ainsi qu’à celle du transport vers les entreprises clientes.