Titres restaurant : Worklife, le nouveau venu qui sème la panique

Le petit monde des émetteurs de titres restaurant est en ébullition. Un nouvel entrant, Worklife, propose une formule sans commission. Seuls les frais bancaires classiques sont appliqués. L’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (UMIH), premier syndicat patronal des cafés, hôtels, restaurants et discothèques exulte. La profession ferraille depuis plusieurs mois avec les acteurs pour réduire la guelte versée par les restaurateurs. Ces frais n’ont cessé d’augmenter ces dernières années et peuvent représenter jusqu’à 5% du montant de la transaction.

 

Worklife promet aussi de rembourser sans délai la contre-valeur des titres utilisés. En outre, le dispositif permet de valoriser sur une application mobile l’ensemble des avantages sociaux de l’entreprise cliente et de regrouper sur sa carte, outre les titres-restaurant, le financement d’autres avantages comme la mobilité, la garde d’enfant ou l’indemnité télétravail.

 

« On ne peut que se réjouir de l’arrivée de Worklife, un émetteur plus social qui montre qu’un modèle économique ne faisant pas peser l’ensemble des charges sur le dos des restaurateurs est possible » affirme Hubert Jan, président de la branche restauration de l’UMIH .

 

Crée en octobre 2020 par le serial entrepreneur Benjamin Suchar (photo), Worklife est une start-up de la French Tech qui met l’accent sur l’accompagnement des nouvelles formes de travail, tout en proposant une application qui regroupe l’ensemble des avantages salariés et une carte de paiement. L’offre a déjà séduit 130 entreprises pour près de 800 000 salariés .