Total dévoile les grandes lignes de la restructuration

Deux sites sont concernés par la restructuration de l’activité raffinerie de Total , dévoilée ce matin. La Mède (13) et Donges (44). Le premier arrêtera totalement le traitement du pétrole brut en 2016. Cela entraînera la suppression de 180 postes sur 430 l’autre fera l’objet d’investissement visant à améliorer les carburants.

 

Total investira 200 M€ à La Mède, pour transformer le site en raffinerie spécialisée dans les biocarburants à partir d’huiles usages ou végétales. Ce sera l’un des plus grands établissements industriels de ce genre en Europe, avec une production de 500 000 tonnes de biodiesel par an. Le site inclura également une ferme solaire de huit mégawatts, et un atelier d’additifs pour diesel. Capacité annuelle prévue : 50 000 tonnes. Le plan de reconversion prévoit par ailleurs une plateforme de logistique pour le négoce de produits raffinés, le tout sera adossé à un centre de formation aux métiers de l’exploration et de la production pétrolières, en partenariat avec l’Institut français du pétrole (IFP).

 

À Donges, le groupe prévoit d’investir 400 M€. L’enveloppe servira à améliorer la qualité des carburants produits. Une unité d’hydrodésulfuration et une autre spécialisée dans l’hydrogène y seront construites.

 

Sur les 180 postes supprimés à La Mède, la moitié disparaîtront par le jeu des départs en retraite et de mesures d’âge. L’autre moitié devrait prendre la forme de reclassements internes. Du fait de l’engagement de la direction à ne procéder à aucun licenciement contraint, les syndicats restent mesurés. La CFE-CGC demande « une expertise pour accompagner un tournant vers sans casse sociale ». La CFDT confirme qu’elle « soutient tout projet durable pour les salariés de Total et de ses sous-traitants », tout en regrettant les suppressions d’emploi. La CGT juge l’engagement insuffisant et les incertitudes encore nombreuses, mais ne déclare pas la guerre.

 

Le problème des surcapacités et de la faible rentabilité des raffineries est général, en Europe. Total en souffre comme ses concurrents.