Transmission d’entreprise : les patrons ne cherchent pas leurs successeurs parmi les salariés

Seuls 9% des chefs d’entreprise envisagent de passer le relais à un collaborateur, selon une enquête du cabinet d’avocats Fidal.

L’enquête a été menée au cours de l’année 2014 auprès de 115 dirigeants de PME et d’ETI âgés de plus de 50 ans. Il en ressort que 51% des chefs d’entreprise déclarent se préoccuper de l’avenir de leur structure avant de se soucier du prix auquel ils la céderont ou des revenus financiers qui leur seront versés à la suite de cette opération. Pour seulement 20% des répondants, la transmission d’entreprise est d’abord perçue comme l’opportunité de réaliser un bénéfice financier.

Le profil idéal du repreneur, selon les patrons seniors devant passer le relais, est « une personne maîtrisant les rouages de l’entreprise » (60%). 29% désignent un membre de la famille et 21% une personne du métier (21%). Seuls 9% pensent à un salarié en poste. Le poids de la fiscalité, la complexité des régimes juridiques et fiscaux étant cités parmi les freins majeurs à la transmission.

Autre enseignement de l’enquête : 4 dirigeants sur dix n’ont mis en place aucune action pour assurer la pérennité de leur entreprise en cas de force majeure (décès, incapacité, divorce). Ce faisant, commente Fidal, ils « exposent leur entreprise à de graves problèmes, alors même que certains outils juridiques simples peuvent se révéler très efficaces ». On estime que 15% des disparitions d’entreprise proviennent de transmissions mal
préparées