Travail dominical : Paris lance l’Observatoire des zones touristiques internationales

Douze Zones Touristiques Internationales (ZTI) ont été créées le 24 septembre dernier par décret ministériel. Afin d’évaluer l’impact social et économique de cette mesure, la maire de Paris, Anne Hidalgo installera le 17 décembre un observatoire dédié, réunissant les différents acteurs concernés, y compris les partenaires sociaux.

 

 Cette structure travaillera avec l’Atelier Parisien d’Urbanisme (APUR) pour mesurer les conséquences sociétales, budgétaires, économiques, touristiques ou encore urbaines de ces douze zones, à travers des données et des indicateurs factuels. Y siègeront notamment Jean-François Carenco, Préfet de Paris et de la Région Ile-de-France, des acteurs économiques et des représentants des organisations syndicales.

 

L’Etat a décidé de créer douze Zones Touristiques Internationales à Paris. D’une superficie totale de 575ha, soit 6,7% du territoire parisien, elles englobent notamment les Grands magasins et les principaux centres commerciaux : Forum des Halles, Italie 2, Beaugrenelle, etc. Les enseignes implantées dans ces zones ont désormais la possibilité d’ouvrir le dimanche et tous les soirs jusqu’à minuit, sous réserve d’un accord entre patronat et représentants des salariés.

 

Cette mesure peut entrainer une évolution du rythme de vie des quartiers, ou encore avoir des incidences sociales et économiques. Faut-il faire évoluer la desserte en transports en commun ou la fréquence de passage des services de propreté ? Quelles solutions de garde sont prévues pour les salariés qui ont des enfants ? L’augmentation de l’activité entraine-t-elle des nuisances de voisinage ? Les petits commerçants et les artisans vont-ils voir le montant de leur bail augmenter ou devoir faire face à une concurrence accrue des grandes enseignes ? Quelles sont les retombées en matière de créations d’emplois et de chiffres d’affaires, de cette libéralisation des horaires d’ouverture ?  Ces questions appellent une vigilance et un suivi minutieux de la part des pouvoirs publics, estime la maire de Paris. Anne Hidalgo a donc souhaité mettre en place un observatoire dédié, capable d’étudier et d’analyser de façon objective les retombées de cette réforme.