Travail temporaire : trois ans d’instabilité

L’activité intérimaire fait du yoyo depuis trente mois, constate une étude conjoncturelle du Crédit Agricole. Sur cette période, le marché a connu quatorze mois de baisse et seize mois de progression. À fin mars 2015, les effectifs intérimaires s’élevaient à 591 600 équivalents temps plein, soit un niveau inférieur de -1,7 % à celui de décembre dernier .
Depuis 2008, les effectifs ont atteint deux points bas : l’un en mars 2009, l’autre en octobre 2012. Entre ces deux points, le marché de l’intérim a connu un redémarrage progressif et quasi continu pour atteindre un pic en mars 2011, à un niveau néanmoins inférieur de 9 % à celui des premiers mois de 2008. Et sur les trois derniers mois, on dénombre deux mois de baisse.

 

Historiquement, il existe une bonne corrélation entre les évolutions de l’activité économique et l’évolution de l’emploi temporaires, tant en France que dans les principaux pays où ce type de contrat de travail est autorisé.