« Travaille et tais-toi », une mauvaise méthode de management

L’enquête que publie ce 24 avril le cabinet SD Worx, spécialiste de la paie et du conseil RH, est formelle. Quatre salariés français sur dix (42 %) disent ne pas avoir voix au chapitre au sein de leur organisation.

La taille de l’organisation a une influence majeure sur la satisfaction des travailleurs interrogés. Plus la structure est grande, moins les collaborateurs sont satisfaits des possibilités de participation. Dans les entreprises comptant jusqu’à 100 personnes, la proportion d’insatisfaits tombe à 31 %, contre 48 % dans les organisations qui rémunèrent plus de 500 employés.

La taille de l’organisation détermine aussi la qualité du lien entre l’employeur et le travailleur. Plus l’organisation est grande, plus la distance entre les deux parties est importante. Alors que près de sept collaborateurs sur dix (68 %) dans les PME de moins de 100 personnes se sentent impliqués, ce pourcentage tombe à 54 % dans les organisations qui comptent plus de 500 salariés.

En outre, la confiance dans le management a une importance clé. Plus la communication est ouverte, plus les équipes sont enclines à soutenir la stratégie de l’organisation. Jean-Marie Mozziconacci, managing director de SD Worx France, commente : « La personnalisation de la relation employeur-travailleur est à la hausse, les collaborateurs sont de plus en plus souvent aux commandes de leur propre carrière et peuvent régler davantage eux-mêmes leur travail. Pourtant, il semble que leur participation dans les décisions et la marche des entreprises reste très limitée . Et c’est dommage, car ils peuvent ainsi représenter une plus-value accrue pour l’entreprise ».