Trois situations qui concourent à démotiver les salariés (enquête Ifop)

Près de trois salariés français sur quatre (72 %) sont satisfaits de leur situation professionnelle, observe l’Ifop.  Et ce score est relativement stable d’année en année et homogène selon les cibles, même s’il tend à décroître avec l’âge.  Pour la motivation, c’est une autre histoire.  Un peu plus d’une personne sur deux juge sa motivation au travail stable, mais plus d’un tiers du panel interrogé par l’Ifop, soit 38 %, déclare que son entrain baisse. Pour Romain Bendavid , directeur de l’expertise corporate et communication d’entreprise de l’Ifop , trois principales raisons expliquent cette dégradation.

 

1– La frustration à l’égard d’une faible reconnaissance de son travail. Il s’agit de la rémunération dans 48 % des cas, mais aussi de la mobilité interne, à travers les possibilités d’évolution professionnelle pour 45 % des prospects. Le sentiment de reconnaissance insuffisante de son travail à sa juste valeur domine chez certains. L’accès à la formation est un autre facteur de « blocage » potentiel.

 

2– La perception d’un niveau de stress élevé est partagée par une majorité de salariés (51 %) dont 55 % des femmes, 58 % des salariés de la fonction publique hospitalière, 61 % de ceux du secteur du BTP et 61 % des personnes exerçant des responsabilités d’encadrement.

 

3-Le décrochage vis-à-vis de la stratégie de l’entreprise démotive.  Les orientations des dirigeants sont perçues comme changeant souvent sans que cela soit forcément justifié.  Pour les salariés, cela complique le travail quotidien. D’ailleurs, un salarié sur deux déclare ne pas être bien informé de la stratégie de son entreprise.