Un actif occupé sur quatre a connu une transition professionnelle au cours des douze derniers mois

Un actif qui entre aujourd’hui sur le marché du travail changera en moyenne 4,5 fois d’employeur, selon l’Insee. Les carrières ne sont plus linéaires. L’étude de l’Observatoire des trajectoires professionnelles animé par le Lab’Ho, (groupe Adecco), et le Laboratoire Lispe d’IGS-RH (groupe IGS), la première du genre, publiée ce 18 février, le confirme. Portraits-robots de transfuges.

 

Selon le document, 26 % de la population active occupée, soit près de 7 millions de personnes, ont connu une transition professionnelle au cours des douze derniers mois. Les femmes, les jeunes et les salariés ayant un niveau de formation du secondaire à bac+3 et plus, sont particulièrement concernés. Les intéressés font une analyse mitigée de leur propre évolution. Ils estiment avoir amélioré leur employabilité, mais ressentent de l’insécurité, tout en ayant le sentiment d’être surqualifiés pour le poste occupé.

 

L’analyse des données révèle ainsi six profils types. Le mobile. Plutôt jeune, il a enchaîné des contrats flexibles. Le polymorphe . Il a connu des situations professionnelles diversifiées. Le re-actif. Âgé de 18-39 ans dans 60 % des cas, iI sort d’une période de chômage, d’un congé parental ou d’un arrêt maladie. Le formé. Il a accédé à l’emploi à la suite de sa formation initiale ou d’une formation continue. Urbain de moins de 45 ans, il a un niveau d’éducation bac+3 à bac+8 ou, dans une moindre mesure, de lycée professionnel. Le préretraité actif. Il entame sa transition vers la retraite à partir de 55 ans. Enfin, le réorienté. Il a changé de métier sans suivre une formation spécifique à cette fin.

 

« Il n’y a donc pas une transition, mais des trajectoires professionnelles qui concernent des profils variés, que ce soit en termes de genre, d’âge, de niveau d’études ou d’implantation géographique », conclut l’étude. Elle a été réalisée auprès d’un échantillon représentatif de 1003 individus.