Un syndicat de la formation professionnelle suggère « un plan de soutien massif » aux organismes du secteur  

Synofdes qui revendique « près de 300 adhérents » 20 000 salariés, réclame « un plan de développement massif ». L’alerte fait suite aux résultats d’un baromètre que l’organisation représentative dans la branche a elle-même diligenté auprès de ses cotisants. Il en ressort que 75 % ont réussi à maintenir leur activité, via l’e-learning. Trois sur quatre ont pu bénéficier des mesures de soutien mises en place par les pouvoirs publics et 88 % des dirigeants déclarent s’être plutôt bien adapté à la situation.

 

C’est à moyen terme que la vision est pessimiste. Ainsi, une structure sur trois serait à court de trésorerie dans les trois prochains mois, 54 % sont déjà déficitaires et 5 % n’excluent pas un dépôt de bilan. Autre élément préoccupant : la moitié des organismes consultés ont renoncé à investir, un tiers ne recrute plus. Parmi ceux-là, un bon nombre invoque le « découragement », voire la « souffrance » des équipes

 

Conclusion du syndicat issu de l’économie sociale et qui recrute principalement parmi les petites et moyennes structures : « dans un contexte où les organismes doivent plus que jamais définir leur positionnement, impulser des dynamiques de changements, professionnaliser et recruter, pour s’emparer des différentes mutations à l’œuvre, il nous paraît indispensable de penser collectivement un plan de développement massif. Le Synofdes se tient prêt à évoquer les contours de ce plan de développement avec les pouvoirs publics »

.