Une campagne internationale vise à créer en trois ans un million d’emplois liés au climat

Créer 1 million d’emplois en lien avec le climat d’ici 2020, c’est possible, veut croire un collectif d’associations et de syndicats dont Attac France, la FSU, Solidaires, Emmaüs, la Confédération paysanne ou encore les Amis de la terre et le Mouvement national des chômeurs et précaires (MNCP). Ils relaient une campagne internationale initiée au Royaume-Uni sous l’intitulé « One million climate jobs ».

Dans le détail, il s’agirait de créer 250 000 emplois aidés labellisés « transition écologique ». S’y ajouteraient 100 000 autres dans les services publics. Dans le même temps, des investissements massifs dans le secteur privé en lien avec la transition écologique permettraient de générer 650 000 jobs. Au-delà des emplois, la plateforme souligne que la démarche se traduira aussi par la fin « l’opposition entre protection du climat et perte d’emplois dans les secteurs fragilisés », par une meilleure qualité et la protection sociale. Le tout accompagné de formations.

 

Le coût global est évalué à 24 Md€ par an pendant 20 ans. Cette somme, qualifiée d’« assez faible », pourrait être réunie en y affectant des ressources issues de la lutte contre l’évasion et la fraude fiscale, de la taxe carbone, de l’assèchement des niches fiscales qui profitent actuellement aux énergies fossiles. En outre, l’impôt sur les transactions boursières serait élargi, les investissements « dommageables à l’environnement » seraient réorientés, les « coûts de la privation d’emploi » seraient également investis dans l’opération, de même que des économies issues de la transition écologique.

 

Tous les acteurs économiques et sociaux participeraient à cette révolution créatrice d’emploi : État, régions, collectivités, entreprises, salariés, syndicats, organisations à but non lucratif, etc.