Une enquête Altedia confirme la tension autour des négociations salariales

Altedia a mené une enquête express auprès de 125 sociétés appartenant notamment aux secteurs agroalimentaire, assurance-mutualité, banque-crédit, industrie -transport et logistique, informatique.

 Pour 2015, deux entreprises sur trois disposent d’une enveloppe en diminution par rapport à l’année dernière. Moins d’une sur quatre a préservé un budget équivalent, contre un tiers au cours de la période précédente. L baisse touche principalement l’industrie, le transport et la logistique. Dans ces branches, 90% des employeurs resserrent le cordon de la bourse. Et  sur l’ensemble des secteurs, à l’exception des établissements bancaires, les intentions déclarées à la rentrées de septembre ont été revues à la baisse, le coup de rabot variant entre -0,3% et 0,7%.

 

Résultat, le climat de la négociation annuelle obligatoire reste tendu dans la majorité des entreprises. Dans un cas sur deux, il même plus tendu qu’en 2014. Les DRH et les directeurs des affaires sociales utilisent le variable et diverses mesures complémentaires comme soupapes. Parmi ces rustines figurent la réduction des écarts indus, les coups de pouce aux bas salaire, les dispositifs relatifsà l’égalité hommes-femmes, etc. Au niveau des branches, la revalorisation des minima est aussi prise en compte. Enfin les primes, l’abondement au Perco, la hausse de la part employeur en ce qui concerne le transport et la restauration sont mis en avant.