Une étude de la Fondation MMA révèle un besoin de GPEC territoriale

S’ils lisent attentivement l’étude que publie ce 21 novembre la Fondation MMA des entrepreneurs du futur, les élus locaux devraient redoubler d’attention à l’égard des porteurs de projets sur leurs territoires. Les entrepreneurs interrogés revendiquent un ancrage quasi unanime dans leur territoire : 89 % y sont durablement attachés. Ce lien est particulièrement marqué chez les petits commerçants (91 %). Un porteur de projet sur trois pense qu’il n’aurait pas pu s’implanter ailleurs. Mieux, à l’horizon de dix ans, 64 % des entrepreneurs s’imaginent sur le même territoire et 57 % s’imaginent exercer la même activité.

 

Cette étude révèle aussi indirectement un pressant besoin de GPEC territoriale. Sept entrepreneurs sur dix jugent que le territoire où se situe leur business est dynamique, mais ils sont 62 % à estimer qu’il est difficile de trouver sur place les candidats idoines pour les postes créés. Ils entendent par territoire, la proximité. C’est la ville pour 32 % d’entre eux, la communauté de communes pour 21 %. Seuls 15 % mettent derrière la notion de territoire le département ou la région.