Une première dans la fonction publique territoriale : la ville de Suresnes va subventionner le dialogue social

En tant qu’employeur, la ville de Suresnes vient de signer avec les syndicats un accord qui institue le bon syndical. Tout agent qui le souhaite peut verser aux frais de l’employeur, une micro subvention à l’organisation de son choix.

Du jamais vu dans la fonction publique territoriale. Béatrice de Lavalette, adjointe au maire de Suresnes (92), déléguée aux ressources humaines et au dialogue social, a conclu avec les représentants CGT, CFDT et FO un accord qui institue le « bon syndical ». Le principe  inspiré de l’initiative d’Axa, reste simple. Chaque agent dispose d’un bon qu’il est invité à reverser au syndicat de son choix.

 

 Ce dispositif offre la possibilité d’être acteurs de la vie syndicale de la collectivité », explique-t-on. Le conseil municipal du 30 mars a validé ce dispositif, avec les voix de la majorité municipale, des Verts et des Socialistes. Seuls les groupes FN et PC ont voté contre.

 

Début mai, titulaires et contractuels recevront à leur domicile ce bon d’une valeur de 5€, qu’ils pourront reverser – ou non — à l’organisation syndicale éligible de leur choix (sections CGT, CFDT et FO de Suresnes). Un geste simple et totalement anonyme, puisque ce bon sera à retourner exclusivement par voie postale, au moyen d’une enveloppe T. L’opération, étayée par une campagne de communication interne, se déroulera du 10 au 31 mai. Le décompte des bons reçus par les différents syndicats se déroulera le lendemain de la clôture.

 

Ce dispositif s’inscrit dans la droite ligne de la charte de la reconnaissance du parcours syndical, signée en 2009 par la ville de Suresnes avec les trois organisations syndicales . Depuis, une vingtaine d’accords ont été signés. Ils concernent notamment l’ouverture de la médiathèque le dimanche, la lutte contre l’absentéisme, la mise en place des nouveaux rythmes scolaires, le régime indemnitaire au mérite, le bien-être et la qualité de vie au travail, etc.