Usure professionnelle : une subvention pour aider à prévenir la désinsertion professionnelle des seniors

Les acteurs de l’entreprise et de la santé au travail qui ont sous le coude un projet visant à lutter contre la désinsertion professionnelle des seniors ont encore quelques semaines pour soumettre leur dossier au Fonds pour l’amélioration des conditions de travail (Fact). Celui-ci a lancé un appel à projets en février dernier, visant soutenir des démarches innovantes dans ce domaine.

 

Les constats sont simples : la vie professionnelle s’allonge et des conditions de travail connues pour être pénalisantes pour les salariés vieillissants (travail en horaires atypiques, pression du temps, changements fréquents, etc.) persistent. Les entreprises sont alors confrontées à un défi de taille : permettre à chacun de pouvoir atteindre l’âge de la retraite en emploi et en bonne santé. Pour ce faire, elles doivent  gérer les parcours professionnels, notamment les fins de carrière,  développer des organisations du travail et des politiques de gestion des ressources humaines adaptées.

 

Ces enjeux liés au vieillissement au travail doivent être traités dans le cadre d’accords ou de plans d’action plus larges sur la prévention des risques professionnels. Cet appel à projets a vocation à appuyer des initiatives d’entreprises, d’acteurs sectoriels ou territoriaux. Il peut s’agir d’expérimentations en entreprises ou de transfert d’outils et méthode. La commission d’examen des candidatures sera attentive aux projets qui     s’inscrivent dans une approche globale et concertée de la prévention de l’usure professionnelle tout au long des parcours   , contribuent à faire évoluer les représentations sur l’engagement et l’employabilité des salariés vieillissants.

 

Pour être éligible, le projet doit s’inscrire dans une démarche d’action individuelle, sous forme d’accompagnement direct d’une entreprise ou d’une association de moins de 300 salariés.  Il peut aussi avoir une visée collective, territoriale, interprofessionnelle ou nationale. L’enveloppe financière affectée à l’opération s’élève à 700 000 €. Il est à noter toutefois que le Fact ne finance pas d’investissements matériels ni des actions de formation.

 

 

 

 

Au-delà de cet appel à projets, le Fact continue de soutenir des démarches innovantes en matière de conditions de travail.