Veillée d’armes chez les pompiers des défaillances d’entreprises   

Le régime de garantie des salaires (AGS) qui épaule les employeurs en difficulté et incapables de payer leurs dettes sociales, se prépare à des prises en charge massives. Le nouveau confinement risque de fragiliser encore l’économie française, déjà rudement éprouvée et dont la capacité de résilience subit un nouveau test majeur, font savoir les gestionnaires.

 

Le niveau d’assistance va monter de plusieurs crans. Depuis le début de la crise Covid-19, l’AGS avait déjà fortement réduit les délais de traitement des demandes, immédiats dans 74 % des cas. Au cours de la période de juillet à septembre, près de 94 % des demandes ont été traitées au plus tard 3 jours après leur réception.

 

Depuis le mois de mars, ce sont 566 entreprises qui ont sollicité des délais de paiement ou aménagements de leurs délais de paiement en cours d’exécution, pour le remboursement de la créance super privilégiée, dans le cadre de plans de redressement. Les reports d’échéances accordés à ces entreprises, qui couvrent 13 960 salariés, portent sur plus de 7,5 M€. En 2019, près de 181 500 salariés avaient bénéficié de la garantie des salaires, pour un montant total de 1,5 Md€. On s’attend à une addition beaucoup plus salée, à la fin de cette année.