La Clause molière et le droit du travail

La « clause Molière » instituée dans certains régions, vise à imposer l’usage du français sur les chantiers, oblige les entreprises candidates à un marché public à s’assurer que les ouvriers parlent et comprennent le français, ou, dans le cas contraire, à engager un interprète. Critiquée par la CGT et par le Medef, elle fait débat.Arnaud Teissier, associé chez Capstan Avocats, fait le point.