Violence faite aux femmes : la CFE-CGC déplore la baisse des moyens pour la combattre en entreprise

La CFE-CGC fait un lien entre la volonté affirmée du gouvernement de combattre la violence faite aux femmes, et la probable réduction des moyens pour la combattre en entreprise. Le syndicat trouve incohérente la démarche de l’exécutif sur cette question.

 

 « Trois mois après avoir organisé la disparition du CHSCT, Murielle Pénicaud, ministre du Travail, envoie un courrier aux organisations syndicales pour recueillir leurs idées sur la façon de mieux lutter contre ce fléau. Des moyens dédiés existaient justement dans cette instance, permettant aux représentants d’agir pour détecter les situations anormales et veiller à ce qu’il y soit mis fin », observe le syndicat 

 
Avec les ordonnances, le Conseil social et économique (CSE) qui aura à traiter de l’ensemble des dossiers, « sans compétence spécifique », déplore l’organisation.