La bible du bien-être au travail dans le service public, écrite par une escouade d’experts

Un ouvrage,  intitulé « Le bien-être au travail », paraît ces jours-ci aux Editions de l’EHESP. Coordonné par Olivier Bachelard, professeur affilié à Emlyon Business School dont il dirige le campus de Saint-Étienne, il s’appuie sur huit études de cas qui concernent notamment  l’hôpital, la marine , la police  et différentes administrations.

Les réformes n’ont jamais été aussi nombreuses dans le service public. Qu’elles touchent l’administration centrale, les services territoriaux, le secteur hospitalier, elle se suivent à un rythme effréné que déplorent les agents et leurs syndicats. Dans ce contexte ; la question de la qualité de vie au travail prend une importance particulière. Elle est prise en compte par le ministère de la Fonction publique et son bras armé, la DGAFP. Mais c’est au plus près du terrain que cela se joue. Un livre qui paraît ces jours-ci  aux Presses de l’EHESP devrait aider décideurs, et managers à affiner leur approche de la question.

 

L’ouvrage,  intitulé « Le bien-être au travail », paraît ces jours-ci aux Éditions de l’EHESP. Coordonné par Olivier Bachelard, professeur affilié à Emlyon Business School dont il dirige le campus de Saint-Étienne, il s’appuie sur huit études de cas qui concernent notamment  l’hôpital, la marine , la police  et différentes administrations.  La question du bien-être au travail y est décortiquées dans une optique pluridisciplinaire, et sous des  différents angles: gouvernance,  dialogue social,  prévention de la souffrance au travail, stress, équité, organisation, etc. Une escouade d’experts contribuent à  faire émerger ce que devrait être « un service public performant et bienveillant ». Pierre-Yves Gomez, professeur d’économie à Emlyon Business School analyse la perte de sens au travail qui touche le service public comme les entreprises privées. Maurice Thévenet, professeur de gestion au Cnam et à l’Essec, se penche sur la dimension collective du bien-être au travail. Max Masse, directeur adjoint du travail (Intefp), aborde la dimension juridique. Michel Debout, professeur émérite de médecine légale et de droit de la santé, président du Groupement d’études et de prévention du suicide (GEPS), apporte un éclairage sur la dimension médicale.

 

Olivier Bachelard résume : « Ce livre a pour objectif de proposer des clés concrètes pour un fonctionnement optimisé du service public favorisant l’innovation et l’engagement. Accompagner les agents, les aider à évoluer dans leurs pratiques, mieux gérer leurs émotions et développer des logiques coopératives transversales sont autant de clés pour éviter que l’urgence et les problèmes du quotidien ne s’imposent au détriment d’une logique plus solidaire ».